Christophe Brun, Usages d’Élisée Reclus dans des revues pédagogiques françaises (1882-1935)
Article mis en ligne le 9 septembre 2019
dernière modification le 10 septembre 2019

par F.F.
logo imprimer

Avertissement : nous avons eu recours aux publications telles qu’elles sont disponibles en ligne sur le site Gallica de la BnF, avec des lacunes. Cette étude n’a donc rien d’exhaustif et donne simplement une idée de la manière dont Élisée Reclus est utilisé, et de ceux de ses travaux qui sont employés. Christophe Brun, octobre 2018.

I. Analyse générale des occurrences repérées.

● Nous avons relevé la présence d’Élisée Reclus dans 133 numéros de 6 revues pédagogiques françaises (a à f) destinées pour l’essentiel à l’enseignement primaire et publiées entre 1882 et 1935, ainsi que dans un numéro du Journal officiel de la Martinique pour deux sujets d’examen (g) :
(a) 44 occurrences dans Le Journal de l’enseignement primaire, entre 1882 et 1897 (a1 à a44) ;
(b) 64 occurrences dans L’École et la famille, entre 1884 et 1935 (b1 à b64) ;
(c) 14 occurrences dans L’Éducation nationale, entre 1887 et 1890 (c1 à c14) ;
(d) 6 occurrences dans L’Éducation catholique, entre 1887 et 1892 (d1 à d6) ;
(e) 3 occurrences dans L’Enseignement pratique, en 1897 et 1898 (e1 à e3) ;
(f) 2 occurrences dans le Bulletin de l’enseignement technique, en 1912 et 1918 (f1 et f2).
(g) en addendum, 2 occurrences dans le Journal officiel de la Martinique, en 1912 (g1 et g2).

● Sur les 135 occurrences repérées, 79 sont comprises sur une période de dix années, soit un pic de références à Élisée Reclus entre 1888 et 1897.
Cette période est celle de la fin de publication de la Nouvelle Géographie universelle et des quatre années qui suivent, qui correspond au pic de notoriété d’Élisée Reclus et aux récompenses honorifiques qui lui sont accordées en France et en Angleterre.

● Sur les 135 occurrences repérées, 18 font référence à Élisée Reclus d’une manière ou d’une autre, mais en tant que géographe. Surtout, 117 occurrences donnent des extraits de textes du géographe, utilisés pour des exercices de langue française et non de géographie.
Parmi ce dernier lot d’occurrences figure des reprises ; en éliminant 46 doublons et quasi-doublons, il reste 71 extraits différents :
▪ 5 recourent à des articles de la Revue des Deux Mondes (1859-1865) ;
▪ 1 se réfère au guide touristique Itinéraire descriptif et historique de la Savoie (1860) ;
▪ 1 emploie un article de la revue Le Tour du Monde (1866) ; et 4 avec 3 doublons ;
▪ 12 proviennent de La Terre (1867-1868) ; et 30 avec 18 doublons et quasi-doublons ;
▪ 2 sont pris dans l’abrégé de La Terre, Les Phénomènes terrestres (1870-1872) ;
▪ 12 sont issus d’Histoire d’un ruisseau (1869) ; et 15 avec 3 doublons et quasi-doublons ;
▪ 4 sont tirés d’Histoire d’une montagne (1880) ; et 13 avec 9 doublons et quasi-doublons ;
▪ 32 sont prélevés dans la Nouvelle Géographie universelle (1875-1893) ; et 45 avec 13 doublons et quasi-doublons :
▫ c’est essentiellement le t. II (1876 daté 1877) consacré à La France qui est mis à contribution avec 21 extraits, et 31 avec 10 doublons et quasi-doublons.
▫ sont également concernés :
le t. I (1875 daté 1876, 2 extraits),
le t. III (1877 daté 1878, 2 extraits, et 3 avec 1 doublon),
le t. IV (1878 daté 1879, 1 extrait),
le t. V (1879 daté 1880, 1 extrait),
le t. VIII (1882 daté 1883, 1 extrait),
le t. XI (1885 daté 1886, 3 extraits, et 4 avec 1 doublon),
le t. XII (1886 daté 1887, 1 extrait, et 2 avec 1 doublon).
▪ 2 extraits de textes n’ont pas été identifiés : b29 en 1903, et b51 en 1924.
● Dans leur écrasante majorité, les 71 extraits différents choisis concernent soit la France (avec les départements d’Algérie : a38, b16 et b17), soit les milieux naturels, soit les deux en même temps.
Cela montre que pour ces revues pédagogiques, ou bien pour l’administration qui donne des sujets aux examens (ces derniers sont repris par les revues comme autant d’exercices), la géographie, d’une part, constitue un ingrédient de l’instruction civique des petits Français et, d’autre part, est surtout reçue sous l’angle naturaliste et paysager.

● 43 extraits sur 117 (avec les doublons et quasi-doublons) concernent explicitement la France ou ses colonies. Les 74 extraits sur 117 (avec les doublons et quasi-doublons) qui ne concernent pas explicitement la France ou ses colonies traitent des thèmes suivants :
▪ planète Terre (3 textes : a16, b4, f2) ;
▪ cours d’eau, sans lieux précis (26 textes : a4, a6, a7, a26, a30, a31, a36, a40, a42, a44, b1, b6, b18, b26, b34, b39, b44, b46, b51, b56, b57, c6, c7, c9, d5, g1) ;
▪ montagnes, sans lieux précis (19 textes : a12, a18, a22, a24, a41, b7, b15, b21, b28, b29, b40, b52, b53, b59, b61, c12, d3, e3, g2) ;
▪ forêts, sans lieux précis (3 textes : a28, b20, b47) ;
▪ mer, sans lieux précis (2 textes : a11, b50) ;
▪ ouragan, sans lieu précis (b49) ;
▪ marais, sans lieu précis (c4) ;
▪ un paysage humanisé par un vieux donjon, sans lieu précis (b32) ;
▪ l’Etna en Italie (7 textes : a14, b3, b5, b14, b54, b60, d2) et le Vésuve en Italie (b11) ;
▪ le pic volcanique de Ténériffe aux Canaries espagnoles (2 textes : a20 et a32) ;
▪ la Suisse (2 textes : b13, e2) ;
▪ Copenhague au Danemark (a37) ;
▪ les montagnes de l’Écosse (a39) ;
▪ la pampa en Argentine (a25) ;
▪ le Mississipi aux États-Unis (c10) ;
▪ le Sahara en Afrique (b37) ;
▪ la plaine du Cachemire aux Indes britanniques (b27).

● Les extraits de textes d’Élisée Reclus utilisés montrent une certaine inertie dans le choix des sources et, donc, au fil des décennies, un écart grandissant entre l’année de la publication reclusienne et l’année de son usage pédagogique.
En effet, même si la plus forte notoriété du géographe est due à la publication de sa Nouvelle Géographie universelle [1875/1876-1893/1894], les textes antérieurs (articles de la Revue des Deux Mondes [1859, 1862, 1863, 1865] et du Tour du Monde [1866], le guide touristique Joanne Itinéraire descriptif et historique de la Savoie (1860), La Terre [1867-1868] ou son abrégé Les Phénomènes terrestres [1870-1872], Histoire d’un ruisseau [1869], voire Histoire d’une montagne ) restent longtemps des sources de choix, surtout en raison de la reproduction d’extraits déjà mis en forme (doublons ou quasi-doublons).
Cette inertie est rendue possible par le fait que presque tous les extraits n’ont pas d’usage géographique, mais d’apprentissage de la langue française. Autrement dit, pour les revues pédagogiques, les premières œuvres d’Élisée Reclus deviennent des classiques littéraires et l’intérêt pour leur pertinence scientifique, qui n’est pas absent, reste secondaire.
La Nouvelle Géographie universelle est essentiellement utilisée pour son t. II sur La France (1876 daté 1877), dans une perspective d’éducation civique mentionnée plus haut. Ce volume est, du reste, le seul de la collection à être réédité à deux reprises en raison de son succès particulier auprès du public français, en 1881 puis en 1885.

● Les 18 occurrences qui ne donnent pas d’extraits de textes d’Élisée Reclus renvoient au géographe pour les motifs suivants :
▪ 6 textes où Élisée Reclus est nommé sont des rédactions de géographie, qui traitent de l’Éthiopie ou Abyssinie (1 texte en deux épisodes, a5), de Madagascar (b22), de Paris (3 textes, b55, b58 et b64), de la Gironde et de la Maine (c3) ;
▪ 2 textes fournissent des recommandations d’Élisée Reclus pour l’enseignement de la géographie (a9 et c2) ;
▪ 2 textes conseillent la lecture d’Élisée Reclus pour créer des leçons de géographie (a1, c5) ;
▪ 1 texte catholique déconseille au contraire l’emploi d’Élisée Reclus (d1) ;
▪ 1 texte est un jeu d’énigme géographique où figure le nom de [Élisée] « Reclus » (b25) ;
▪ 1 texte évoque l’abstention d’Élisée Reclus lorsqu’est créée la Croix-Rouge en 1863 (b45) ;
▪ 1 texte renvoie à Élisée Reclus sur le thème de la république sarde de Tavolara (1 texte en deux épisodes, a29) ;
▪ 1 texte renvoie à Élisée Reclus sur le thème du Yukon au Canada (a43) ;
▪ 1 texte renvoie à Élisée Reclus sur le thème des volcans aux Philippines (b12) ;
▪ 1 texte renvoie à Élisée Reclus sur le thème des Juifs en Europe centrale (d6) ;
▪ 1 extrait sur Le Caire est faussement attribué à Élisée Reclus alors qu’il provient d’un texte d’Élie Reclus paru en 1870 (b38).

● Sur ces 18 occurrences qui renvoient explicitement au travail de géographe d’Élisée Reclus, La Terre est nommée 1 fois (c3), et la Nouvelle Géographie universelle est référencée 12 fois, pour les volumes suivants :
▪ 1 référence à l’ensemble de la Nouvelle Géographie universelle (d1) ;
▪ 1 référence au t. I de 1875 daté 1876 (a29) ;
▪ 5 références au t. II de 1876 daté 1877 (c3, c5, b55, b58, b64) ;
▪ 1 référence au t. III de 1877 daté 1878 (d6) ;
▪ 1 référence au t. X de 1884 daté 1885 (a5) ;
▪ 2 références au t. XIV de 1888 daté 1889 (b12, b22) ;
▪ 1 référence au t. XV de 1889 daté 1890 (a43).


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • c._brun_usages_d_elisee_reclus_dans_des_revues_pedagogiques_francaises_1882-1935_octobre_2018_153_p.pdf
  • 73.4 Mo / PDF
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.60