Elisée Reclus, le site

Accueil > Élisée Reclus (Français) > Etudes et commentaires > FERRETTI Federico, “Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux : (...)

FERRETTI Federico, “Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux : Risorgimento, irrédentisme et invention géographique de l’Italie”, Géographie et Cultures, 2016, 93-94.

vendredi 8 juillet 2016, par F.F.

« La patrie d’un écrivain est là où on l’imprime »
Lettre de Pierre-Joseph Proudhon à Giuseppe Ferrari, 7 Novembre 1859
Milan, Musée du Risorgimento, Fonds Ferrari, Dossier 17/III

Résumé. Cet article interroge la construction de la nation comme objet géographique au cours des 19e et le 20e siècle en s’appuyant sur des outils conceptuels fournis par la géographie culturelle, tels que les imaginaires, les identités et les transferts culturels. Focalisé sur le « Long Risorgimento » italien, il montre la contribution que les approches culturelles peuvent apporter à l’histoire de la géographie. A partir des sources primaires et de la littérature existante, il donne un aperçu sur le travail effectué par les géographes italiens pour construire des identités et des imaginaires nationaux avant que l’Italie ne soit établie dans ses frontières actuelles. Il questionne d’abord la manière dont ces géographes naturalisent l’unité nationale. Il s’interroge ensuite sur la façon dont ils justifient leurs positions centralistes ou fédéralistes par des arguments géographiques. Il essaie enfin d’évaluer leur dette envers la circulation internationale des savoirs ou, d’après une définition utilisée récemment par des historiens de la géographie, des « cultures géographiques » en provenance principalement des aires francophones et germanophone. Les réponses, forcément provisoires, à ces questions, éclairent la pertinence des études culturelles et du tournant culturel dans l’étude de la circulation des savoirs géographiques et de la construction des objets de la géographie au sein de l’histoire disciplinaire.

Mots-clès : Imaginaires nationaux ; géographie et identités ; transferts culturels ; Risorgimento ; irrédentisme ; fédéralisme.

Abstract. This paper addresses the construction of nations as geographical objects during the 19th and the 20th centuries, drawing on the critical frame of concepts provided by cultural geography like imagination, identities and cultural transfers. Focusing on the Italian ‘Long Risorgimento’, the paper shows the contribution that cultural geography can give to the history of geography. Analysing primary sources, I provide an overview of the Italian geographers’ work to invent national identities and a national imagination before their country became a unified state. First, I question the ways in which they naturalised national unity. Then, I analyse how they justified more centralist or more federalist proposals through geographical arguments. Finally, I try to evaluate their debt with international circulation of knowledge and geographical cultures coming mainly from the French-speaking and German-speaking areas. The conclusions stress the pertinence of cultural approaches and of the ‘cultural turn’ for studying the circulation of geographical knowledge and the construction of geographical objects during geographical discipline’s history.

Keywords : National imagination ; Geography and identities ; cultural transfer ; Risorgimento ; irredentism ; Federalism

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=50654