Elisée Reclus, le site

Accueil > Élisée Reclus (Français) > Le savant et le politique : portraits et biographies d’Élisée Reclus > Les grandes dates de la vie de Reclus

Les grandes dates de la vie de Reclus

mercredi 28 novembre 2007, par R.C.

"Je n’ai pas vécu seulement dans le passé de l’histoire, j’ai frémi, moi aussi, cellule infinitésimale, de la grande vibration de vie qui anime aujourd’hui toute l’humanité, le grand corps de la Terre".

Élisée Reclus, Correspondance, t.III p. 309

1830 (15 mars) Naissance, à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), d’Élisée, quatrième enfant de Jacques Reclus et de Zéline Trigant. C’est une famille très pauvre, parfois même privée de pain. La mère, qui donnera la vie à quatorze enfants, est une personnalité de premier plan, qui inculquera à ses enfants un vif goût de la culture. Dans des domaines divers, et avec des options politiques différentes, les cinq frères Reclus deviendront des personnalités telles que chacun d’entre eux sera mentionné dans le Grand Larousse de la fin du dix-neuvième siècle.

Les cinq frères Reclus
Article de Gabriel Astruc dans l’hebdomadaire L’Illustration du 23 décembre 1893. Le texte fait état d’un procédé du policier anglais Galton, par lequel Paul Nadard a superposé les 5 têtes des frères Reclus, obtenant le portrait composite de la famille. (Information communiquée par M. Didier Giraud).
Élisée est le second de g. à droite.

1831 Jacques Reclus, qui a démissionné de ses fonctions de pasteur rémunéré par l’Etat et de professeur au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande, assure la direction d’une communauté évangélique libre à Castétarbe, près d’Orthez. Élisée est confié à ses grands-parents Trigant jusqu’en 1938.

1843 Il est envoyé dans un collège dirigé par les frères Morave à Neuwied, près de Coblence.

1844 Court séjour à Orthez, puis scolarité au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande.

1848 Élisée passe son baccalauréat, puis part étudier à la faculté protestante de théologie de Montauban. Il est exclu au bout de quelques mois à cause de son républicanisme et son indiscipline. Il retourne à Neuwied, où il est quelque temps maître-répétiteur, puis s’inscrit à l’université de Berlin, entreprenant tout le voyage à pied !

Il suit les cours du grand géographe Ritter. L’année universitaire achevée, il retourne à Orthez.

1851 (2 décembre) Coup d’Etat de Napoléon. Élie et Élisée tentent de constituer un groupe d’opposants au nouveau régime, sans succès. Leur père étant discrètement informé qu’ils risquent d’être arrêtés par la police, ils s’exilent à Londres, où ils vivent misérablement. Élisée part en Irlande, où il travaille à l’aménagement d’un domaine rural.

1852

Départ pour la Louisiane. Il vit de petits métiers, puis devient précepteur à la Plantation Fortier.

La Plantation Félicité, Paroisse de St James, construite en décembre 1847 par Aimé Valcour en cadeau de mariage pour une de ses filles, Félicité AIMÉ, dont on lui donna le nom, Reclus. Reclus, parti en exil en 1852 y est employé comme précepteur.
Photo prise au 20° siècle

La Plantation Fortier, aujourd’hui Felicity Plantation, Louisiane

1856 Est-il devenu amoureux de son élève ? Toujours est-il que, rejetant l’esclavagisme, il se rend à la Nouvelle-Grenade (Colombie). Il tente de vivre de l’agriculture près de la Sierra Nevada de Santa Marta. Echec et maladie.

San Antonio. Case où vécut Elisée Reclus
Dessin de Boudier, paru dans Joseph de Brettes, "Chez les Indiens du nord de la Colombie". Six ans d’exploration. Le Tour du Monde, 12 février 1898, p. 77.

1857 Très éprouvé et faible, il rentre en France. Vit à Paris avec Élie et les siens. Ecrit des articles pour la Société de Géographie de Paris et devient collaborateur de la maison Hachette pour la collection des Guides Joanne.

Après son expérience de solitaire,- le voyage d’Amérique fut en quelque sorte initiatique,- Elisée, homme d’une exceptionnelle convivialité, ne travaille pas en solitaire. A diverses reprises au cours de sa vie, il sera assisté par divers membres de la famille, frères et soeurs, mais aussi par un réseau qu’il va lentement créer, avec toute une série de voyageurs savants de son époque. Ces relations à la fois professionnelles et affinitaires contribueront sans nul doute à l’ensemble de publications géographiques qu’aucune association formelle - et hiérarchique - de géographes ne réussira aussi brillamment.

1858

Clarisse Brian
Elle s’unit à Élisée Reclus en 1858 : c’est le grand amour. Il en naîtra deux filles, Magali en 1860 et Jeannie en 1863. Mais elle meurt en 1869.

Clarisse Brian sera sans doute la présence inoubliable de toute son existence. Mais la pléiade féminine familiale tient aussi une place considérable qu’il faudra bien un jour analyser, notamment sur le plan intellectuel.

1860 Naissance de leur premier enfant, Magali

1862 Réception à la Société de Géographie de Paris

1863 Naissance de Jeannie Reclus

1864 Rencontre de Bakounine, qui a fondé la "Fraternité internationale". Création d’une banque ouvrière, "le Crédit au Travail".

1867 Genève : Premier congrès de la Ligue de la Paix et de la Liberté.

1869 Berne : Deuxième congrès de la Ligue de la Paix et de la Liberté. Mais Reclus et ses amis s’en séparent. Décès de Clarisse

1870 Élisée s’unit à Fanny Lherminez. Guerre franco-allemande. Après la révolution du 4 septembre, Élisée s’engage dans la garde nationale.

1871 Commune de Paris : Simple garde au 119° bataillon de la Garde Nationale, il est également inscrit dans la compagnie des aérostiers que dirige son ami Nadar. Il est capturé les armes à la main sur le plateau de Châtillon, lors de la sortie du 4 avril. Transféré à Satory et aux Pontons de Brest, il refuse de signer un recours en grâce malgré deux interventions de savants anglais.

1872 (17 mars) Signature d’une pétition de savants de plusieurs pays, notamment d’Angleterre [1]

. La sentence à l’encontre de Reclus est commuée à dix ans de bannissement. Élisée s’installe en Suisse. Il participe au Congrès de la Paix, à Lugano. Il commence à travailler à la Nouvelle Géographie Universelle

1874 Décès de Fanny.

1875 Élisée s’unit à Ermance Gorini Trigant-Beaumont.

"Clarens, côté jardin"
"Dans cette maison de Clarens où il vécut de 1876 à 1889, Elisée Reclus écrivit presque toute sa Géographie Universelle." Florence DEPREST
Photo de Carine Fournier

1879 Kropotkine fonde à Genève Le Révolté. Élisée en prend la relève quand son ami est incarcéré. La peine de Reclus est remise le 17 mars 1879, mais il refuse de revenir en France tant que sont proscrits les Communards.

Élisée Reclus

1880 Congrès national du Havre. Rupture d’Élisée et des anarchistes avec Jules Guesde et les collectivistes

1883-1884 Voyage en Asie Mineure, en Egypte, en Tunisie et en Algérie.

1889 Voyage en Amérique du Nord. Élisée s’installe ensuite à Paris

1891 Il devient titulaire d’une chaire de géographie à l’Université Libre de Bruxelles.

Élisée et sa famille

1892 Reçoit la grande médaille d’or de la Société de Géographie de Paris

1894 Élisée rejoint l’Université Nouvelle de Bruxelles et commence la rédaction de L’Homme et la Terre.

L’Homme et la Terre
Carte postale (Editions liber-terre)

1905 (4 juillet) Mort à Thourout, près de Bruges


[1M. F. Mintz nous communique gracieusement les informations suivantes :

"Reclus Élisée et les géographes au moment de sa condamnation :

“ En Angleterre un comité spécial de défense d’Élisée Reclus fut créé et les célèbres Charles Darwin, Welles, Carpenter et d’autres scientifiques et écrivains éminents y participèrent. Ce comité présenta une pétition au gouvernement français, en demandant une réduction de la condamnation. ”

“ Nous osons penser, dit le texte de la pétition, que la vie d’une personne, comme Élisée Reclus, dont le mérite en littérature et dans la science est reconnu par toute la société instruite, appartient non seulement à son pays natal, mais aussi à tout le monde cultivé. nous sommes persuadés que les œuvres scientifiques de Reclus, publiées jusqu’à ce jour, représentent une garantie de nouveaux ouvrages solides pour le futur, et c’est pourquoi la France, en condamnant un tel individu à un silence forcé ou en l’obligeant à languir dans l’inactivité loin des centres de culture, s’inflige à elle-même une grande perte et amoindrit son influence morale sur le monde entier. ”

“ Sous l’influence de cette pétition, signée par de nombreux célèbres savants européens, le gouvernement français en février 1872 modifia l’exil définitif de Reclus en une expulsion du territoire français, le 17 mars 1872, c’est-à-dire un an après son emprisonnement, Élisée Reclus fut conduit en véhicule cellulaire, menotté, à la frontière suisse et là fut remis en liberté. ”

N. K. Lebedev “ Élisée Reclus, comme individu, savant et penseur ” Moscou, Golos Truda, 1921, p. 49-50

voir aussi Reclus Paul “ Les frères Élie et Élisée Reclus ou du protestantisme à l’Anarchisme ” Paris, 1964, p.81-82 avec la même citation ainsi présentée :

“ Nous osons penser que la vie de cet homme n’appartient pas uniquement au pays qui le vit venir au monde, mais aussi au monde entier, et nous croyons que s’il était condamné au silence, ou à languir loin de tout centre de civilisation, la France n’aurait pas fait autre chose que de se mutiler et de diminuer sa légitime influence dans le monde. ”

Fragment pratiquement repris (avec indication de source) dans Élisée Reclus “ L’homme et la terre ” Maspero, 1982, p.46."

Messages