L’homme et la science
Georges Roques, Maître de conférences I.U.F.M. de Montpellier I.E.P. Paris
Article mis en ligne le 28 novembre 2007
dernière modification le 26 août 2010

par ROQUES, Georges
logo imprimer

“ Nous osons penser que la vie d’une personne comme Élisée Reclus, dont le mérite en littérature et dans la science est reconnu par toute la société instruite, appartient non seulement à son pays natal, mais aussi à tout le monde cultivé. Nous sommes persuadés que les œuvres scientifiques de Reclus, publiées jusqu’à ce jour, représentent une garantie de nouveaux ouvrages solides pour le futur, et c’est pourquoi la France, en condamnant un tel individu à un silence forcé ou en l’obligeant à languir dans l’inactivité loin des centres de culture, s’inflige à elle-même une grande perte et amoindrit son influence morale sur le monde entier. ”

Charles Darwin, Welles, Edward Carpenter etc.

Pétition du 17 mars 1872, signée par de nombreux savants pour demander au gouvernement français la libération d’Élisée Reclus, dont le gouvernement de la France avait décidé la déportation après la Commune de Paris.*

Un héritage encore virtuel

 [1]

Si le nom et la renommée d’Élisée Reclus sont actuellement utilisés par nombre de courants intellectuels et par quelques géographes, il est clair que la globalité voire la totalité de la pensée du géographe communard sur l’unité et l’harmonie entre les hommes et la terre, sur ce que cela impliquait d’engagement social pour y parvenir, sur les propositions d’éducation qu’il en tirait ont été longtemps occultés par l’intelligentsia française. Dans les années 1970/80, en ce qui concerne les géographes français, cet héritage a été détourné pour ne retenir de ce savant proscrit que ce que sa renommée pouvait apporter à des œuvres sans doute intéressantes, mais pour lesquelles le rapport à ses idées et à ses pratiques sociales est à de trop rares exceptions près, au moins lointain, sinon usurpé.

Carte d’Alexandre au Pays des Sept Rivières
Reclus ne craint pas d’associer l’histoire à l’espace. Ici une carte d’Afghanistan au temps de la conquête d’Alexandre le Grand.

Pourtant, la relecture d’une partie de son œuvre colossale et solitaire, d’ouvrages comme " L’homme et la terre " ou " Histoire d’un ruisseau " montrent que si ce pionnier est de plus en plus reconnu comme savant, s’il n’est plus totalement proscrit, il reste inconnu de nombre de nos étudiants et du grand public. Le plus grave est qu’il a surtout été trahi.

Projet de Reclus pour l’exposition universelle de 1900

Projet d’Élisée Reclus pour l’exposition universelle de 1900. La boule de 160 mètres de haut devait représenter le globe à l’échelle de 1/80000. Voir l’article de S. Alavoine-Muller, "Un globe terrestre pour l’exposition universelle de 1900. L’utopie géographique d’Élisée Reclus," L’Espace géographique, n° 2, 2003.

Notes :

[1Cette brève présentation est développée dans l’étude du même auteur : Élisée Reclus géographe : un héritage encore virtuel.


Mots-clés associés

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.60