Rapport sur l’arrestation d’Elisée Reclus - 2 -
Article mis en ligne le 29 juin 2008

par R.C.
logo imprimer

Page précédente

et la concorde. Entre républicains, entre conCitoyens et français, ce n’est point au fusil et au canon de prononcer mais au suffrage universel.)

Comment se fait-il, qu’au mépris de cette profession de foi et en faisant abstraction d’un âge auquel se rattachait le privilège de rester dans Paris [il ?] soit allé, comme il le déclare si franchement brûler ses cartouches sur le plateau de Chatillon et contribuer ainsi à la lutte armée qui, dans la conviction des fédérés devait mettre en leur pouvoir la représentation nationale et le Gouvernement de la France ?

Il appartient à la Justice d’apprécier ces contradictions et d’examiner dans sa conscience, non seulement les méfaits eux-mêmes, mais encore leur moralité au point de vue de l’érudition, et de la haute intelligence de celui qui les a perpétrés.

Le prévenu est marié et père de deux enfants. Ses antécédents bien connus sont parfaitement honorables.

Avis Le rapporteur estime qu’il y a lieu, – aux fins d’application, des art. 87 du Code Pénal, 5 _ $ 2 et 3 de la loi du 24 Mai 1834, d’ordonner la mise en jugement dudit Reclus prévenu de participation à l’insurrection de Paris pour avoir :

1° Commis l’attentat dont le but est de hanger ou de détruire le Gouvernement

2° Dans le mouvement insurrectionnel du 4 avril sur Chatillon – non seulement porté des armes

Page suivante


Évènements à venir

Pas d'évènements à venir
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.60