PELLETIER, Philippe. « La ville et la géographie urbaine chez Elisée Reclus et à travers son époque"
Article mis en ligne le 2 décembre 2007
dernière modification le 22 novembre 2011
logo imprimer

Réfractions, n° 4 (1999)

Elisée Reclus a relativement peu écrit sur la ville et sur le phénomène urbain en général. Mais, par rapport aux géographes de son époque, il fut beaucoup plus prolixe sur ce sujet et, surtout, plus pénétrant. La géographie d’alors est marquée par la découverte du monde (les terrae incognitae, les nouveaux espaces, les explorations) et par sa description, souvent littéraire ou narrative. Ce monde est encore essentiellement rural ou sauvage. D’où l’intérêt porté soit aux campagnes, symboles d’un peuplement millénaire et d’une longue occupation du sol, soit aux espaces vierges, potentiellement peuplables. Élisée Reclus n’échappe pas à cette tendance dominante. De surcroît, il a personnellement plus d’attirance pour les espaces ruraux, « rurbains », ou « sauvages » comme la montagne. Il a toujours habité dans des bourgs ou villages, quoique à proximité de grandes agglomérations (Bordeaux, Paris, Lausanne, Bruxelles).

Mais, pour autant, Élisée Reclus n’occulte pas le phénomène urbain dans sa géographie. Il développe à ce sujet des analyses remarquables, et clairement liées à son approche anarchiste.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.60